Les étapes de la création d’une micro entreprise

Une micro entreprise est une entreprise individuelle qui bénéficie d’un régime social et fiscal plus simple que celui d’une entreprise classique. Ce régime fiscal est accessible aux entrepreneurs individuels incluant ceux qui choisissent EIRL et EURL.

Devenir auto-entrepreneur est donc possible pour toute personne le désirant. Toutefois, pour réussir dans cette activité, il est important de connaître les étapes de la création d’une micro entreprise.

Annoncer au début votre activité comme une micro entreprise

La déclaration d’activité est une étape importante pour la création d’une micro entreprise. Il s’agit de déclarer votre projet auprès de l’administration. Elle consiste à tenir au courant les institutions sociales et fiscales de votre activité. Les principales informations à fournir sont :

  • Votre identité ;
  • Votre adresse de correspondance ;
  • Votre adresse professionnelle ;
  • Le type d’activité que vous menez ;
  • Le choix de votre régime social ;
  • Le choix de votre régime fiscal.

Le choix d’un régime social est indispensable pour tous les travailleurs non-salariés. Pour cela, en fonction de la nature de votre activité, vous devez choisir entre le régime des indépendants et la CIPAV. Il est également possible de Devenir auto-entrepreneur tout en étant un salarié. Mais ce dernier restera au régime général de la sécurité sociale, car il est impossible de disposer de deux régimes sociaux.

Sélectionner la domiciliation de votre micro entreprise

En France, la création de toute entreprise implique nécessairement la domiciliation de cette dernière. Les micros entreprises sont aussi concernées par cette loi. Elles doivent disposer d’une adresse physique qui doit être déclarée au CFE (Centre de Formalité des Entreprises). Il existe plusieurs manières de domicilier votre activité professionnelle.

La première consiste à domicilier votre activité chez vous. La domiciliation de votre activité commerciale peut se faire à votre domicile lorsque vous y exercez votre activité. Votre lieu de travail est donc votre domicile.

La seconde option consiste à avoir recours à une société de domiciliation. Il s’agit des professionnelles capables de vous fournir une domiciliation juridique pour votre activité. Cela permet aux micros entrepreneurs d’améliorer l’extension de leurs activités.

Il existe également les pépinières d’entreprises qui mettent à la disposition des micros entrepreneurs, des bureaux à des prix abordables. Cela permet aux entrepreneurs d’obtenir leurs propres coordonnées postales pour leurs entreprises.

La dernière option pour la domiciliation d’une micro entreprise est l’utilisation d’un local commercial. Mais, cette solution engage beaucoup de frais dont le loyer, les factures, etc. De plus, il n’y a pas déduction de ces charges sous le statut de micro-entrepreneur. Vous devez également déclarer au service des impôts la surface sur laquelle vous menez votre activité.

Produire des preuves de formation avant de créer votre micro entreprise

Devenir auto-entrepreneur nécessite des formations et diplômes selon le type d’activité menée. Pour avoir plus d’information, vous pourrez vous rendre à la CCI de votre localité.

Mais pour ce qui est des activités artisanales ou artisans commerciaux, il est conseillé de suivre un Stage de Préparation à l’Installation (SPI). Le but du stage est de fournir à l’entrepreneur et son collaborateur des supports de connaissances sur la gestion d’une société. Il y aura aussi des modules sur les modèles de développement d’une entreprise, ainsi que les contraintes juridiques et comptables. Mais la loi pacte envisage de rendre ce stage optionnel et de réduire ses frais.

Choisir votre assurance professionnelle

En tant que micro-entrepreneur, il est important que vous souscriviez une assurance professionnelle dès le début de votre activité. En réalité, ces assurances ont pour avantages de protéger vos biens, mais également de couvrir les dommages causés à autrui.

Selon l’activité de votre micro entreprise, la souscription d’une assurance professionnelle peut être obligatoire. Les artisans par exemple ont l’obligation de souscrire à cette assurance. Elle couvre non seulement les dommages que vous pourriez causer, mais aussi les accidents que vos produits vendus pourraient engendrer. Pour certaines entreprises par contre, cette assurance est optionnelle. Il est toutefois recommandé d’y souscrire même si votre activité ne vous l’impose pas.

Assurer les exigences comptables de votre micro entreprise

Avant tout, toute micro entreprise doit nécessairement disposer de son propre compte bancaire. Il doit être différent du compte personnel, mais peut ne pas être un compte professionnel. Mais, la loi pacte envisage également de rendre facultative l’ouverture de ce compte à certaines conditions.

En ce qui concerne la comptabilité de votre micro entreprise, vous pouvez vous passer d’un comptable. Pour certaines opérations, vous pouvez utiliser les logiciels de facturation et de comptabilité.

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *