Les femmes et l’entrepreneuriat

La création d’entreprises par les femmes ne demeure pas un sujet très récurrent dans les médias. Pourtant, la question de l’entrepreneuriat féminin doit être prise en compte puisque cela représente une source inexploitée de croissance, ainsi qu’un facteur essentiel de l’autonomisation des femmes dans le monde professionnel.

Ou en sont les femmes en matière d’entrepreneuriat ?

Bien que des progrès sociaux aient été faits en matière d’inégalités hommes-femmes, le monde du travail reste touché par ce déséquilibre. Effectivement, en 2015, les écarts de rémunération étaient encore en moyenne de 15%. Concernant l’entrepreneuriat féminin, il ne représente que 30% en France. En outre, ce chiffre stagne depuis plusieurs années.

Selon l’OCDE, si l’égalité homme-femme était parfaite en matière de participation au marché de l’emploi et de taux entrepreneuriat, la France gagnerait 0,4% de croissance annuelle supplémentaire, soit 9,4% sur 20 ans.

Le gouvernement a donc lancé en 2013, sous l’initiative de la ministre du Droit des femmes de l’époque, Najat Vallaud-Belkacem, un plan national de développement de l’entrepreneuriat féminin. Ce plan souhaite porter ce taux à 40 % en 2017.

entrepreneuriat femme

Comment expliquer que les femmes n’entreprennent pas plus?

Selon plusieurs études, les françaises ont un niveau de perception de l’entrepreneuriat quasiment égal à celui des hommes. Effectivement, elles valorisent autant que les hommes le statut d’entrepreneur. Cette valorisation devrait donc tout naturellement les amener à vouloir être elles-mêmes entrepreneures. Pourtant, seul un nombre infime de femmes ose passer à l’action.

Ce fossé s’explique principalement par l’auto-limitation et le manque de confiance en elles, dont les femmes font preuve lorsqu’il s’agit de se mettre en avant. La majorité des femmes ne s’estiment pas capables de mener à bien la création d’une entreprise. Cela est principalement dû à ce que notre société renvoi aux femmes. En effet, les femmes à la tête d’entreprises s’avèrent encore trop peu mises en avant. Le paysage entrepreneurial manque de modèles de réussites féminins. Les françaises ont donc peur de se risquer dans ce domaine inconnu qu’est l’entrepreneuriat.

La génération Y, un espoir pour l’entrepreneuriat féminin

Heureusement, la jeune génération Y tend à faire voler en éclat les peurs de leurs ainées. Ces femmes sont plus sûres d’elles et font davantage preuve d’ambition. Elles sont plus confiantes dans leur capacité d’évolution de carrière que la génération dite X.

De nos jours, les femmes consacrent davantage de temps à leurs études, se marient et fondent une famille plus tard qu’auparavant. Leur vie professionnelle prend le dessus et leur envie d’épanouissement et d’indépendance se manifeste. Entreprendre s’avère désormais pour la génération Y un projet futur réalisable.

Céline Lazorthes : un modèle pour les femmes entrepreneures

Céline Lazorthes est la fondatrice de la cagnotte en ligne Leetchi. Sa plate-forme de cagnotte en ligne permet de collecter et gérer de l’argent à plusieurs. Cette entreprise dynamique, créée il y a 6 ans, connait un franc succès. En effet, Leetchi a séduit plus d’un million d’utilisateurs dans 150 pays. Cette jeune femme est donc un modèle en matière d’entrepreneuriat.
Âgée désormais de 31 ans, elle dirige une équipe de 26 personnes et s’implique dans plusieurs mouvements mettant en avant les femmes entrepreneures.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *